• R�duire la taille du texte
  • Taille par d�faut
  • Agrandir la taille du texte

Suivez Cap-Ergo sur FacebookPage Cap-Ergo sur Facebook

Le choc culturel

« Le choc du nouveau, toutes les conséquences et les surprises désagréables qui suivent la découverte d'une nouvelle culture. Ce sont toutes les réactions émotionnelles qui viennent quand on n'est pas capable de comprendre, contrôler et prédire le comportement des autres (…). C'est l'anxiété qui résulte de la perte de tous les symboles familiers dont on n'est pas conscient, mais qui font partie de la vie de tous les jours. » (Obreg, anthropologue)

Il est définit 4 étapes du choc culturel (Ségars Behrens, 1986) :

  • l'émerveillement (découverte de l'inconnu, pas de remise en question)
  • le désenchantement (fragilité, angoisse, choc)
  • Retour à l'équilibre (vision plus réaliste de l'environnement)
  • 3 réactions possibles : acculturation (adaptation), marginalisation (l'individu rejette ses habitudes et sa culture d'origine), séparation (aucune adaptation, retour dans son pays)
Il est fréquent d'observer ces différentes étapes chez les expatriés, bien qu'elles soient de durée et d'intensité très variable. Notons que certains vivront cette expérience comme un petit traumatisme alors que d'autres profiteront de cette expérience stimulante pour mieux se connaître. Concrètement, lorsqu'un expatrié arrive dans un nouveau pays, il doit faire attention à ne pas tomber dans certains pièges dus au choc culturel. Par exemple : il peut avoir un sentiment de "mauvais accueil". Cependant, les " règles " et les habitudes de vie des habitants du pays dans lequel il intervient sont différentes de celle de son pays d'origine, l'attitude parfois distante des gens n'est pas forcément volontaire. Les différences culturelles sont plus frappantes dans le milieu professionnel que dans le tourisme. Attention, on peut avoir tendance à généraliser et à porter un jugement trop hâtif. En raison des différences culturelles, les individus sont souvent plus difficiles à cerner. Une aide intéressante et rassurante est d'avoir des " personnes ressources ", par exemple les responsables de missions, des personnes ayant voyagé ou travaillé à l'étranger, d'anciens expatriés. Le sentiment d'insécurité, légitime quand on débarque dans un pays inconnu, pousse souvent à se regrouper entre personnes parlant la même langue ou venant du même pays. Un repli excessif risque de vous faire rater de nombreuses découvertes et expériences à partager avec la population de votre pays d'accueil ! Il est important de s'investir à fond dans son travail mais il est tout aussi essentiel de vivre en dehors du travail ! Échangez, communiquez et découvrez!